Le chantier #3



Nos aventures trépidantes se poursuivent ! Nous voilà heureux propriétaires, c’est maintenant que les choses sérieuses commencent.

Premier we après la signature, consacré à un tour d’horizon des bâtiments sur le terrain et surtout à un début de grand nettoyage.



Nous n’avons pas acheté un terrain nu. Il y a sur ce terrain une grange, deux garages et un appentis attenant plus un petit bâtiment semi-enterré, le tout laissé « en l’état ». La grange a longtemps servi à abriter… des moutons. Je vous le donne en mille, un mouton, ça chie énormément ! Imaginez le troupeau complet…  Mais bon, nous savions à quoi nous en tenir après avoir visité puisque la visite s’était faite au milieu des moutons !

Bref, c’est équipé de bottes, de gants, de pelles, râteaux et brouettes que nous avons pris possession des lieux. Nénette et Zouzou ont elles aussi revêtues leur tenue de combat et ont mis la main à la pâte.
Organisation militaire : un tas récup’, un tas déchetterie, un tas bois à brûler. Et hop, action réaction !



On a fait de drôles de trouvailles : une table de salle à manger en bois pesant sa tonne cinq (estimation personnelle… ^^). 
Allez savoir pourquoi, elle était perchée à l’étage de la grange 😑. Une fois descendue de son perchoir, la bête s’est révélée en plutôt bon état. Mon cher et tendre, ravi de sa trouvaille, en fera un établi.
Nous avons également trouvé une vieille brouette. Tant mieux, la mode est au vintage. Elle nous a bien rendu service n’empêche, trouvaille utile !
Puis, on a aussi découvert une porte en bois avec abreuvoir intégré en métal, une autre porte avec une grille, une caisse à poules, une bordure pour parterre de fleurs, une armature en métal équipée de deux roues (Aucune idée de ce que c’est ni de à quoi ça sert ??? En revanche, c’est sûr, pas homologué pour la route… les deux pneus sont différents ! Amende en vue ! ah ah ah)



Notre tas de déchets est quand même bien plus volumineux que nos trouvailles.
Et pi surtout, une découverte, on en a fait une beaucoup moins drôle… La grange est pleine de paille. Ok, ça on savait. Sous la paille… le fumier… o_O !!! Un bon 15 cm d’épaisseur sur 70m². 



Soit, une grange en pierres de 70 m²,  dont le sol est recouvert de plus ou moins 15 cm d’épaisseur de fumier, qu’une brouette permet de sortir ¼ de m3 de fumier et qu’il faut 25 pelletées pour remplir une brouette, calculer le volume de fumier à évacuer, le nombre de brouettes nécessaires et le nombre de pelletées effectuées. Vous avez 1h !
Vous êtes pas dans la mouise, tiens !

Alors on a rassemblé toute notre motivation et on s’y est mis ! Standing ovation pour mon cher et tendre qui a décollé tout le fumier pris au sol et pour ma nénette qui a bien pelleté la paille dans la brouette, elle y a mis toute son énergie ! Comme elle le dit si bien, « ça mérite un dab ! » C'est devenue une pro du maniement de la brouette… vide !!! Elle s’éclate !



 
Zouzou de son côté, a assuré le fond sonore en chantant les dernières chansons apprises à l’école. Je vous laisse jeter un œil, vous verrez, ça tombe plutôt à propos ;-)
https://www.youtube.com/watch?v=p3b3AE7eiD8 (écoutez à partir de 31’35’’)

Autant vous le dire, après y avoir passé une bonne partie de la journée, nous n’avions toujours pas fini, la tâche est longue. 

Nous avons remis ça le we suivant. Comme la date de début de chantier semble approcher, nous avons laissé le désenfumiage (oui, j’invente des mots, c’est moi qui écrit, je fais qu’est ce que je veux) de côté et nous sommes improvisés bûcheron. On est des warriors, on doute de rien et c’est pas 7 arbres qui vont nous arrêter !

Après quelques mésaventures avec la tronçonneuse, on s’y met :  on coupe, on fait tomber, Mr coupe les branches que nous emmenons, Nénette et moi, dans d’infinis allers-retours, sur le tas destiné à être brûlé. Et puis Mr débite le tronc, se sent totalement invincible tronçonneuse en main ! Mais pas façon serial killer hein, plutôt Superman en bleu de travail ! MDR



C’est pas le tout, mais après avoir tout débité, faut ranger le bois. Nouveau défi :
Imaginez un talus d’arbres (-7, abattus), haut presque comme moi (soit 1m59) et long de 25m. Le bois doit être rangé derrière le talus le long de la grange. Sauf que notre tas est de l’autre côté du talus (attendez, je vous fais un dessin !). Défi supplémentaire, l’entrée de l’espace entre le talus et la grange est inaccessible au risque de rester embourbé net dans un trou avec la brouette. Mais comment ont-ils fait vous demandez vous ?... 

1) Là où doit être rangé le bois 2) Ledit tas de bois

Et sinon, vous connaissez le lancer de tronc d’arbre, spécialité écossaise ? Bah nous, on l’a un peu revu et corrigé… Sans kilt et en version bûche plutôt que tronc ! Et hop, la bûche, on la prend, on la lance et elle retombe de l’autre côté du talus ! C’était soit ça, soit il fallait tout porter à la main. On a opté pour la première solution… Plus fun !



J’ose vous dire combien la poisse me tient… Entre les deux arbres face à moi, facile 1m de distance. Les arbres font 30cm de diamètre. Et bah mes bûches à moi, au lieu de passer entre les deux arbres… une sur deux est restée coincée dedans… Bouh….. Une malédiction, je vous le dis…. M'enfin, au bout du compte, on a une corde de bois! 



Quant à la seconde partie de la grange, c’est un peu plus rapide à déblayer, le fumier est « moins sec » (si je puis dire…). Mais la vache, qu’est ce que c’est lourd ! On a avancé, mais on commence à être un peu ennuyé : que faire de tout ce fumier !!! (Question rhétorique, pas besoin de me faire des propositions… merci)


Côté constructeur, ça bouge !!! Nous avons rencontré le conducteur des travaux qui est passé sur le terrain voir comment il se situe, l’accès et…. la hauteur des câbles électriques sur le réseau public. Parce que oui, un point, éventuellement annonciateur de complications, nous turlupine…

Soit des panneaux de bois constituant la partie supérieure de la maison, pré-fabriqués en atelier et arrivant « tout prêt » sur le chantier, mesurant 2,50 m de haut, transportés sur un camion dont le plateau est à minimum 1m de haut par rapport à la route. Sachant que les câbles électriques du réseau public sont à 3,50 m de hauteur, comment faire passer le camion transportant les panneaux de bois sous les câbles (sans y toucher, bien entendu). On corse les choses, vous avez 30 min
Là, c’est eux qui sont pas dans la mouise !

Le p’tit gars a dit « Ca passe ! » Bon, bah s’il le dit… C’est lui qui construit des maisons (enfin, qui essaie, hein) , pas nous ! Il est super confiant le gars, il croit même que les camions vont tourner dans notre entrée ! Et surtout, il nous a dit que le chantier aller démarrer avant la fin du mois !
Mais c’est sans compter sur notre incroyable poisse. Vous ai-je déjà dit qu’on n'avait pas de chance ? Je crois avoir vaguement abordé le sujet…

Bref, pour que le chantier commence, il faut que le terrassier viennent terrasser (ah ah, facile !), plus clairement, faire le chemin d’accès à notre champ. Lorsque nous avons pris contact avec le terrassier, il nous a dit « on fixe une date de terrassement quand vous aurez une date d’ouverture de chantier ». Et là, le p’tit gars nous dit « à quelle date vient le terrassier ? Pour fixer l’ouverture de chantier. » Ils sont drôles quand même… Et le meilleur pour la fin ! On a appelé le terrassier pour lui dire de venir faire le terrassement… mais il est en vacances !!!!!!! 



Et voilà, fin de rétrospective, vous allez maintenant suivre en direct nos hallucinantes aventures !
Sur ce, je m’arrête là, m’en vais faire une séance d’un truc qui détend moi, et je vous laisse à vos calculs.

Commentaires

  1. Aller, c'est que le début huhuhu. En revanche, la table est canon, je la garderai pour mon salon ! Et si tu as envie de faire un potager, t'auras ce qu'il faut !! J'attends la suite �� biiiiiz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que le potager attendra un peu... 😊😊😊

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

♫ ♫ Voir sous les jupes... des filles ♫ ♫

Veste H, dressing chic

Le chantier #8